La Marmotte a lu : Dans les steppes sans fin, Coralie Duperrin

Aujourd’hui, une idée lecture qui colle plus au thème du blog. En même temps, tenir un blog de voyage en période de pandémie avec confinements en pagaille, c’est pas toujours simple. Mais je vois en les livres une autre façon de voyager, une façon de s’évader dans un autre monde. Et les livres sont aussi pour moi des compagnons de voyage indispensables.

Enfin bref, revenons à nos moutons ! C’est au hasard de posts Instagram que j’ai découvert l’auteure Coralie Duperrin. Dans les steppes sans fin, tome 1 de la série Les lumières du bout du monde, m’a intriguée. Commençons par le résumé :

Après avoir vu la mort en face, parviendra-t-elle à semer ses démons ?
Reporter passionnée, Elina arpente depuis des années champs de bataille et terrains minés. Mais Nicolas, son premier amour, souffre trop de ses absences à répétition et se fiance à une autre. Elina refuse de s’apitoyer sur son sort et se réfugie dans son travail. Sa douleur la pousse néanmoins à commettre des imprudences sur le terrain, au péril de sa vie. Contrainte par sa supérieure à des congés forcés, elle plie bagages et entreprend un long voyage en Mongolie. Dans les steppes, elle rencontre Federico, bel Espagnol à la tête d’une association visant à réintroduire une espèce de chevaux en voie d’extinction dans leur milieu naturel…
Avec en toile de fond un panorama à couper le souffle, Coralie Duperrin retrace le parcours d’une femme guidée par ses idéaux, à la recherche de sa destinée. Elle livre ainsi un très beau récit initiatique, empreint de poésie et de philosophie.

Je dois avouer, j’ai un peu hésité avant de commander ce livre. N’étant pas une grande romantique, le côté romance du résumé m’a laissée sceptique. Mais au final, je ne regrette pas ! Même si c’est un point important de l’intrigue, il n’y a pas que ça. Et puis cette histoire d’amour n’est pas gnangnan et elle est assez réaliste. Le personnage principal est complexe et intéressante. Un voyage en soi et dans un nouveau monde. Un récit bien écrit, elle a vraiment une belle plume, une histoire qui fait rêver, de voyages notamment. La Mongolie faisait partie de ma liste, et ça a un peu réveillé cette idée. Je suis d’ailleurs allée voir les voyages organisés en petits groupes proposés pour cette région, car n’ayant pas le permis je suppose qu’il est difficile d’y voyager seule en transports en commun, ce que ce livre semble confirmer.

C’est un livre assez court, il se lit rapidement, l’histoire est fluide, on s’y plonge facilement. Vraiment une belle découverte, une agréable surprise. J’ai hâte de voir la suite !

Über lamarmottevoyageuse

Bienvenue chez La Marmotte, voyageuse qui vous raconte ses aventures à travers le monde (surtout l'Europe) et à Berlin. Les textes et photos de ce blog ne sont pas libres de droit. Merci de me contacter si vous désirez les utiliser.
Dieser Beitrag wurde unter Les lectures de la Marmotte veröffentlicht. Setze ein Lesezeichen auf den Permalink.

Eine Antwort zu La Marmotte a lu : Dans les steppes sans fin, Coralie Duperrin

  1. ça a l’air plutôt sympa en effet!

    Gefällt 1 Person

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden /  Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden /  Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden /  Ändern )

Verbinde mit %s

Diese Seite verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden..