La Marmotte a lu : What Lies Between Us, John Marrs

À l’heure où j’écris cet article, il ne semble pas que ce roman soit disponible en français. Je ne connaissais pas du tout cet auteur, j’ai trouvé cet ouvrage en parcourant les livres inclus dans mon abonnement Kindle et le résumé m’a intriguée.

L’histoire : Maggie est retenue prisonnière par Nina à l’insu de tous. Au fil des pages, on découvre la relation entre ces femmes et l’histoire qui a mené à cette situation.

Un thriller psychologique qui m’a surprise. J’ai eu du mal à me mettre vraiment dedans au début, me demandant qui, quoi, comment, pourquoi. La curiosité m’a poussée à continuer. Au fil des chapitres, l’histoire devenait de plus en plus prenante, des éléments clés étaient révélés et l’avis que je m’étais fait sur les personnages et la situation ont changé. La personne psychopathe n’est peut-être pas celle que l’on pensait et au final tout devient clair, on comprend.

Une bonne lecture au final, je me laisserai peut-être tenter par d’autres livres de cet auteur.

Publié dans Les lectures de la Marmotte, Marmotte | Laisser un commentaire

Lorraine gourmande IX

LA CROIX DE LORRAINE

Courcelles-Chaussy (57)

Pas très loin de Metz, un petit resto pour le midi, ouvert aussi le vendredi pour des soirées spéciales. Une petite carte fixe et un menu du jour. Le personnel est très sympa, on est chaleureusement accueillis et les plats sont top ! Juste, parfois l’assiette est pas assez grande. Un des plats qu’une des personnes avec qui j’y suis allée aime prendre, c’est l’escalope savoyarde, avec du jambon et du fromage, au choix emmental ou munster, une bonne sauce à la crème et des frites. C’est ce que j’ai pris, version emmental et c’était en effet excellent. Une jolie petite adresse qui régale les papilles sans se ruiner.

CARTE BLANCHE

Nancy (54)

En vieille ville à Nancy, sur la Grand Rue, entre la rue Gourmande et la Place Stanislas, se trouve ce petit bijou. Une amie connaissant mon amour de la bonne viande a fortement conseillé qu’on aille là et c’était une bonne idée. Certes, c’est assez cher, mais la qualité est là. Des produits excellents préparés à la perfection, un service aux petits soins, un accueil chaleureux et une terrasse agréable. Je ne peux que conseiller aux amateurs de bœuf.

LA PETITE AUBERGE

Colligny (57)

Dans la campagne messine, ce petit restaurant est un endroit où je vais souvent avec ma famille lors de mes passages en Lorraine. L’accueil est des plus sympathiques, l’ambiance presque familiale, le service au top et les plats sont exquis. Le foie gras est fait maison, les pièces de bœuf sont cuites comme demandées, les délicieuses patates rôties servies à volonté. Une de leurs spécialités, ce sont les cuisses de grenouille (moi, personnellement je n’en mange pas), avec des soirées où elles sont servies à volonté. Les prix restent corrects et on y passe toujours de bons moments.

Publié dans Europe, France, Grand-Est, Lorraine, Lorraine - Où manger ? | Laisser un commentaire

Balade nostalgique à Nancy

Lors de mon récent passage en Lorraine, je suis également passée à Nancy, la ville où j’ai étudié de 2002 à 2008. Et c’était fort en nostalgie, non seulement parce que j’ai dîné avec deux amies et nous avons trinqué à nos 20 ans (je connais V. depuis plus de 20 ans, depuis le lycée, et nous avons vécu en coloc’ lors de nos deux premières années à Nancy et à quelques mois près, nous y sommes arrivées il y a 20 ans, il y avait aussi J. que j’ai connue lors de ma première année de fac, pareil, à la rentrée, ça fera 20 ans), mais aussi, l’hôtel où j’ai dormi se trouve à quelques pas de mon ancien appartement. Dans la même rue, alors forcément en passant devant en sortant de la gare et en retournant à l’hôtel en fin de soirée, des chemins souvent empruntés pendant mes quatre ans à cette adresse, beaucoup de souvenirs sont remontés à la surface. Ah si les murs pouvaient parler, les histoires qu’ils raconteraient…

Publié dans Europe, France, Grand-Est, Lorraine (2009), Lorraine - Découverte de la région | Laisser un commentaire

Balade à Remich

Remich est une petite ville luxembourgeoise au carrefour des trois pays, Luxembourg, Allemagne et France, posée au bord de la Moselle et entourée de vignes. On la surnomme d’ailleurs la Perle de la Moselle. Une longue promenade au bord de l’eau invite à flâner, le centre-ville regorge de restaurants et cafés dont les terrasses s’étalent et se remplissent aux beaux jours et plusieurs options pour voguer sur les flots s’offrent aux visiteurs, que ce soit pour un repas au fil de l’eau ou un petit tour sur la frontière fluviale entre le Luxembourg et l’Allemagne.

Lors de notre dernière visite, nous avons opté pour une balade tranquille sur la Moselle, dont les rives sont parées de domaines viticoles et de campings entre autres.

Publié dans Europe, Luxembourg | Laisser un commentaire

Château de Malbrouk

J’étais récemment en visite dans ma Lorraine natale et par une belle journée de début juin, nous sommes allés visiter le château de Malbrouk à Manderen, près de la frontière avec l’Allemagne et le Luxembourg.

En lisant Malbrouk, vous pensez sûrement à la célèbre chanson « Malbrouk s’en va-t-en guerre », eh bien, oui il y a un lien entre les deux. Voici quelques informations lues sur place lors de ma visite et retrouvées sur le site Internet du château :

À l’origine appelé Château de Meinsberg, il est édifié au début du XVe siècle (1419-1434) par le chevalier Arnold VI de Sierck. Au cours des siècles qui ont suivi, quelques événements ont marqué son histoire. En 1705, le duc de Marlborough y tient un siège durant la guerre de succession d’Espagne.

Le Château de Meinsberg se retrouve au premier plan de la scène internationale en 1705, au cours de la guerre de succession d’Espagne (1701-1714). Ce conflit européen voit le jour à la mort sans postérité du roi d’Espagne Charles II et à son testament qui léguait le royaume d’Espagne à Philippe d’Anjou, le petit-fils de Louis XIV. Cette succession mal accueillie par les grandes puissances européennes, provoque l’alliance de l’Empire, de l’Angleterre, des Provinces-Unies et des princes allemands, si bien que la France se retrouve « t-en guerre » contre une Europe coalisée et confrontée à l’un des plus brillants stratèges de l’histoire, John Churchill, duc de Marlborough, que les Français surnommeront Malbrouck.
Au début de l’année 1705, le duc de Marlborough prépare son plan d’invasion en passant par la vallée de la Moselle et rassemble une armée de 100 000 hommes à Trèves. Au mois de juin, il dispose cette armée aux portes du royaume de France, au château de Meinsberg, où il installe son quartier général. Face à lui, côté français, le maréchal de Villars s’apprête à défendre la frontière avec moins de 50 000 hommes. À un contre deux, le maréchal de Villars ne peut se permettre d’attaquer. Malbrouck, lui, choisit d’attendre le renfort du prince de Bade. Le face à face dure ainsi une dizaine de jours, sans nouvelle des renforts promis et surtout sans ravitaillement pour l’armée de la coalition. Finalement, faisant face aux nombreuses désertions dans ses rangs et à la défection du prince de Bade, le duc de Marlborough se résigne à quitter la place sans livrer bataille. Le 17 juin au matin, le maréchal de Villars a la surprise de constater la disparition des troupes ennemies. Malbrouck s’en est allé en laissant le souvenir d’une chanson enfantine et son nom à ce château : « Malbrouck s’en va-t-en guerre
 ».

La visite était très sympa, il y a en ce moment et jusque novembre une exposition sur Goscinny et le parcours nous mène sur les remparts avec une jolie vue sur les alentours.

Publié dans Europe, France, Grand-Est, Lorraine, Lorraine - Découverte de la région | Laisser un commentaire

Cocktails à Berlin VI

BADEMEISTER

Le bar Bademeister se trouve dans le quartier de Weissensee, à deux pas du lac. De l’extérieur, ça ne paie pas trop de mine, mais en fait c’est un super bar à cocktails. L’intérieur est très « cosy », lumière tamisée, musique, avec un coin canapé. Il y a également un coin fumeur et un coin non fumeur. Le personnel est top, la carte des cocktails est super, beaucoup de créations propres, mais des possibilités de commander aussi des classiques ou des limonades maison pour ceux qui préfèrent sans alcool. Les cocktails dépassent rarement les 10 € donc ça reste raisonnable. Une fois par mois il y a une soirée quiz, très sympa. Vraiment une bonne adresse.

LANG BAR

Le Lang Bar, dont le nom vient de Lang Fritz, le réalisateur de Metropolis, se trouve dans l’enceinte de l’hôtel Waldorf Astoria près du zoo de Berlin. Ambiance feutrée, personnel attentif et cocktails excellents. J’ai laissé le serveur me conseiller et j’ai bien fait, des créations qui ne figuraient pas sur la carte, à base de thé, j’étais sceptique au départ, mais j’ai été enchantée. Évidemment, vu qu’on est dans un hôtel 5 étoiles, les prix vont avec, mais une fois de temps en temps, on peut se faire plaisir avec une bonne boisson dans un joli cadre.

KAMINBAR

Un autre bar d’hôtel, celui-ci à l’Hotel Oderberger dans le quartier de Prenzlauer Berg, non loin de la station U Eberswalder Strasse. Kaminbar, ça signifie littéralement « bar de la cheminée », oui il y a bien une cheminée. C’est assez sympa, les cocktails sont bons, celui en photo est à base d’hibiscus, un délice. Le personnel est aussi très sympa et les prix corrects. Je pense y retourner, notamment après avoir fait quelques longueurs, car la piscine de l’établissement est aussi ouverte à ceux qui ne séjournent pas à l’hôtel et je pense y aller bientôt.

Publié dans Berlin, Berlin - Où sortir ? | Laisser un commentaire

La Marmotte a lu : L’accompagnateur, Sebastian Fitzek

Un des derniers romans de Fitzek, paru chez nous en 2020, la version française est disponible depuis début 2022. Je trouve le titre français, L’Accompagnateur donc, assez bien trouvé, lors de ma lecture, je m’étais demandé comment on pourrait bien traduire ce titre car Heimweg, littéralement le chemin vers la maison (en gros), n’a pas vraiment d’équivalent direct… Déformation professionnelle oblige, quand je lis un livre en anglais ou allemand et qu’il y a un bon jeu de mot, une formulation ou un terme particulier, je me demande comment je le traduirais…

Enfin bref… Bien, commençons par le résumé de la traduction française donc :
À Berlin, peu après 22 heures, Jules est au standard d’un service d’accompagnement dédié aux femmes en danger.
Son premier appel est celui de Klara, terrorisée à l’idée d’être suivie par un psychopathe. Un homme qui a peint en lettres de sang la date de sa mort dans sa propre chambre à coucher. Et ce jour se lèvera dans deux heures !
Oppressant, troublant, angoissant… L’un des romans les plus maîtrisés du numéro 1 allemand du thriller, qui une fois de plus, à l’image de ses personnages pervers, joue avec nos nerfs en virtuose.

Encore une fois, Monsieur Fitzek m’a retourné le cerveau ! J’ai rien vu venir ! Pendant de longs chapitres, je me demandais où cela allait nous mener. Il y a aussi des passages très difficiles, la violence envers les femmes, les relations abusives, c’est par moment très dur, âmes sensibles, s’abstenir. Et pour moi, il y a encore ce petit truc en plus qui rend les choses encore plus glauques : ça se passe dans ma ville, je connais bien pas mal de ces lieux… Ça ajoute toujours une dimension en plus, d’ailleurs je me demande comment la traductrice a rendu le dialecte berlinois, faudra que je vois si je peux trouver un exemplaire à feuilleter lors d’un prochain passage en France.

En tout cas, suspens et surprise sont au rendez-vous, encore un livre qu’on a du mal à poser. À recommander aux amateurs du genre et de l’auteur qui ont le cœur bien accroché.

Publié dans Les lectures de la Marmotte, Marmotte | Laisser un commentaire

9-Euro-Ticket : voyager à moindre coût en Allemagne cet été

Si vous comptez voyager en Allemagne entre juin et août, bonne nouvelle : le prix des transports locaux est exceptionnellement bas. En effet, pour contrer la hausse de l’essence et inciter les gens à prendre les transports en commun, le gouvernement central, les Länder et les compagnies de transport se sont mis d’accord pour offrir à tous un billet mensuel à 9€. En juin, juillet et août, on peut donc voyager en illimité dans tout le pays sur les réseaux locaux pour trois fois rien.

Ce billet est disponible à l’achat sur les applications de certaines compagnies de transport locales, sur le site de la DB (bahn.de), aux distributeurs de ticket ou encore aux guichets de vente de billets. Il donne accès, pour la durée du mois, à tous les bus, trams, métros (U-Bahn), trains urbains (S-Bahn) des réseaux locaux, mais aussi aux trains régionaux (dont les numéros commencent par RE ou RB). Il n’est PAS valable sur les trains longue distance (ICE, IC, EC), les bus longue distance (Flixbus et autres), les trains Flixtrain ou sur les lignes régionales passant des frontières (dans ce cas, la partie à partir de la frontière n’est plus couverte, j’ai lu cependant qu’il y aura peut-être des exceptions).

C’est vraiment une offre intéressante, il est prévu normalement de mettre des trains en plus pour parer à l’afflux de voyageurs, j’ose à peine imaginer le monde qu’il y aura pour les trains de Berlin vers la côte baltique par exemple, vu que c’est déjà bondé en temps normal en été. J’ai un abonnement à la BVG (les transports en commun berlinois), du coup le prélèvement sera baissé à 9€ pendant ces trois mois et je peux me déplacer avec ma carte normale partout en Allemagne sur les réseaux locaux. En théorie, pour ma visite en France en juin, je pourrais, sans dépenser un centime de plus, faire Berlin-Sarrebruck en train régional. Mais comme j’ai moyennement envie de passer une douzaine d’heures dans des trains bondés avec quinze tonnes de bagage et changer cinq à six fois, je vais m’en tenir à mon vol Luxair jusqu’à Luxembourg.

Je verrai si j’en profiterai ou pas cet été, si je le fais, ce sera en semaine et pas du côté de la mer, pas trop envie de m’entasser honnêtement, et même si d’ici là le port du masque n’est plus obligatoire, je le prendrai quand-même car ça risque d’être plein à craquer.

Et même pour une courte visite dans une ville d’Allemagne, ça vaut la peine de choisir ce ticket. Par exemple, à Berlin, une carte à la journée coûte 8,80€… Donc y’a pas photo !

Publié dans Allemagne, Berlin, Berlin - Découverte de la ville, Europe | 1 commentaire

Carnet de voyage à Usedom (3/3)

Mercredi 18 mai 2022

10h

Strandhotel Heringsdorf

Hier soir, j’ai dîné au restaurant de l’hôtel. Ça me fait toujours bizarre de réserver pour une personne, mais l’hôtel insiste sur la nécessité d’une réservation, donc… Ce fut un bon petit dîner, fromage de chèvre gratiné, steak avec frites de patates douces et parfait au chocolat blanc avec glace au gin, puis une petite framboise pour digérer. Je suis ensuite allée au bar prendre un cocktail en bouquinant.

Ce matin, j’ai un peu traîné au lit, je dois rendre la chambre dans une heure. J’irai me balader un peu et dans l’après-midi je prends le train pour rentrer à la maison. Je ne sais pas encore à quelle heure exactement, mon billet est flexible.

***

Mercredi 18 mai 2022

20h40

Berlin

Comme prévu, je suis allée me balader, j’ai suivi la promenade jusqu’à Ahlbeck, la ville voisine, et sa jetée. Le temps était radieux aujourd’hui, grand soleil, le thermomètre est monté jusque dans les 20°C. Hier, j’ai pensé demander à voir s’il était possible de prolonger ma réservation d’une nuit, j’ai presque regretté, mais j’ai beaucoup de boulot qui m’attend et on verra demain ce qui est arrivé dans ma boîte mail au cours de ces trois jours de fermeture.

Enfin bref. Donc arrivée à la jetée, j’ai vu qu’il y avait des loueurs de corbeilles de plage, ces sièges en osier qu’on retrouve partout sur les plages allemandes, ouverts sur trois côtés, prévus pour deux personnes au gabarit « normal ». Mais ils ne louaient qu’à la journée, pas à l’heure. Du coup, je me suis installée à la terrasse du restaurant-bar de la jetée, j’ai siroté un jus de cerise, bouquinant de temps en temps, admirant la vue sur la mer. La jetée n’est pas entièrement accessible en ce moment car ils changent les planches.

Ensuite, ayant décidé de prendre le train de 15h30, surtout après avoir vu sur l’appli de la DB que des trains (dont celui que j’avais choisi lors de l’achat de mon billet) étaient annulés sur la ligne RE3 (mon premier train) pour cause de personnel malade… Ouh la, elle est un peu partie en vrille cette phrase. Donc, après la pause au café, je suis descendue sur la plage, longeant la mer sur la partie sable mouillé, afin de retourner à l’hôtel. J’ai demandé à commander un taxi pour 15h, puis je me suis installée au soleil sur la terrasse du bar de l’hôtel. Une heure plus tard, après un dernier au revoir à la plage, je suis allée prendre mon train.

Ce petit séjour détente était fort agréable. Je n’ai certes rien fait de particulier à part des balades en bord de mer et profiter de l’espace détente de l’hôtel, mais c’était chouette. Ça fait du bien de temps en temps de déconnecter, relâcher la pression, souffler, profiter de l’air marin et du soleil. Je reviendrai, c’est sûr, sûrement au même hôtel. Comme presque partout sur la côte baltique, le prix final de la chambre inclut la « carte de cure » (Kurkarte), une sorte de taxe de séjour qui donne accès aux plages, aux sanitaires et aux transports en commun. Y’a pas mal de choses à voir sur l’île d’Usedom et ce n’est pas loin, environ quatre heures en train régional depuis Berlin. À voir s’il y a des options avec les trains longue distance qui font moins d’arrêts. Enfin bref, un sympathique petit séjour donc.

>>PHOTOS<<

Publié dans Allemagne, Côte Baltique, Europe, Mecklenburg-Vorpommern, Usedom (2022) | Laisser un commentaire

Carnet de voyage à Usedom (2/3)

Mardi 17 mai 2022

22h20

Strandhotel Heringsdorf

Ce matin j’ai donc pris mon temps. Le buffet petit-déjeuner est top. Y’a une belle sélection de fromages (gruyère, comté, vrai camembert,…), du beurre salé, une station pour faire ses propres gaufres et quelqu’un pour préparer des omelettes. J’ai pas profité de tout, heureusement que je suis là deux jours.

Ensuite, je suis allée me faire masser. J’avais réservé un massage « rouleau chaud », une serviette imbibée d’eau aux huiles essentielles et roulée. J’étais genre une pâte à tarte et le masseur me malaxait avec un rouleau à pâtisser… C’est l’image que j’avais quand j’étais allongée la tête dans le trou entre deux efforts pour ne pas rire quand ça chatouillait. Il a ensuite fini avec un massage manuel, ça faisait mal par moments. C’est dingue, juste comme ça il pouvait voir que je passe beaucoup de temps assise. Un pro, quoi. Dans l’ensemble, ça a fait du bien. Sur ce, je me suis vite douchée et j’ai un peu nagé, le plafond au-dessus de la piscine a un effet miroir, ça fait sympa. Et j’étais seule dans les Sinbad Therme, c’est le nom du spa et je me suis dit, c’est cool, je me suis faite masser par Sinbad le Marin.

Je suis ensuite remontée dans la chambre, histoire de me doucher et me changer. Puis je me suis mise en route. J’ai déambulé sur la promenade, entre villas et plage, jusqu’à la grande jetée. Y’a une petite galerie commerciale juste à l’entrée et au milieu. Ils ont même installé un grand écran dans l’eau face à la plage, ciné en plein air pour l’été j’imagine.

J’ai pris mon temps, me posant sur un banc de temps en temps afin de profiter de la vue. C’est vraiment chouette. Le temps était mitigé aujourd’hui. 15-17°C, beaucoup de vent, le soleil jouait à cache-cache avec les nuages. J’ai hésité à voir pour un tour en bateau, mais finalement pas aujourd’hui. Pour la pause déjeuner, je me suis installée au resto de la jetée, un italien, avec une jolie vue et des spaghetti bolognaises. Puis j’ai repris ma balade sur la jetée. J’ai craqué pour des boucles d’oreille en ambre « brûlée ». La pierre est passée au feu et ça donne un résultat noir avec des taches blanches. J’adore !

Ensuite, je suis descendue sur la plage. Je me suis baladée pieds-nus sur le sable, notamment la partie sable mouillé, j’ai pu tremper mes petons dans l’eau glacée. Y’a pas grand-monde sur les plages pour l’instant, ça a un côté sympa, même si on ne peut pas se baigner. Le mois de mai, ici, c’est jamais sûr ce qu’on aura, parfois il fait déjà chaud, parfois c’est encore frais. Mais rien que d’être au bord de la mer, c’est génial.

J’ai terminé ma balade au niveau de l’hôtel, me prenant encore un gin tonic au même bar qu’hier, admirant la mer, lisant un peu. Puis la fraîcheur m’a poussée vers ma chambre. Après une petite pause je suis descendue à la piscine extérieure. Et après une petite heure de nage, je me suis posée dans la salle de repos puis dans ma chambre.

Publié dans Allemagne, Côte Baltique, Europe, Mecklenburg-Vorpommern, Usedom (2022) | Laisser un commentaire