Les madeleines de Commercy

Je reviens juste d’un séjour dans ma Lorraine natale et un matin, avec ma sœur, nous avons fait une escapade en Meuse pour aller faire le plein de madeleines à Commercy. En périphérie du centre-ville, se trouve La Boîte à Madeleines, une caverne d’Ali Baba pour les amateurs de ce petit gâteau.

Quand on pousse la porte, une délicieuse odeur vient nous chatouiller les narines. Et là, c’est madeleines à gogo, classiques, avec une petite coque en chocolat (noir ou lait), grand format ou mini,… Mais aussi des financiers, rochers coco et autres douceurs. De quoi se régaler !

Mais ce n’est pas tout ! La boutique est également ouverte sur l’atelier, on peut donc observer en direct la fabrication des madeleines. L’établissement dispose aussi d’un petit café pour une pause gourmande. C’est vraiment le paradis de la madeleine ! Les produits sont délicieux, je suis revenue avec une tonne de madeleines pour moi et des amis.

Du coup, je me suis également interrogée sur l’origine de la madeleine de Commercy. D’après mes recherches, le nom du gâteau découle du prénom d’une jeune cuisinière de la ville meusienne, Madeleine Paulmier. Servante de la marquise Perrotin de Baumont, en 1755, elle aurait fabriqué ces gâteaux pour le duc Stanislas Leszczyński. L’ex-roi de Pologne donnait une réception dans son château de Commercy mais, en raison d’une querelle entre son intendant et son cuisinier, le duc et ses convives ont été privés de dessert, le cuisinier l’ayant emporté dans sa colère en quittant le château. C’est alors qu’une jeune servante, Madeleine Paulmier, a proposé la recette d’un gâteau qu’elle tenait de sa grand-mère. Faute de mieux, Stanislas s’est vu obligé d’accepter. La noble assemblée a fortement apprécié ce dessert impromptu et providentiel. Soulagé, le duc a demandé à se faire présenter celle qui avait accompli cette « merveille » et, en homme galant, il a donné au petit gâteau moulé dans une coquille Saint-Jacques le prénom de la jeune héroïne, Madeleine. Cependant, selon quelques historiens, ce serait la recette d’une cuisinière du cardinal de Retz, qui a vécu un siècle plus tôt.

 

A propos lamarmottevoyageuse

Bienvenue chez La Marmotte, voyageuse qui vous raconte ses aventures à travers le monde (surtout l'Europe) et à Berlin. Les textes et photos de ce blog ne sont pas libres de droit. Merci de me contacter si vous désirez les utiliser.
Cet article a été publié dans Lorraine, Lorraine - Découverte de la région. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.