Carnet de voyage cubain (2/5)

Samedi 10 février 2018
18h10
Viñales

À la fin de la courte visite de Viñales, Osvaldo nous a suggéré de prendre un verre dans un bar sympa. Un bon mojito, un groupe de salsa sur scène, à un moment le chanteur descend et donne à Anne, de notre groupe, cet instrument fait de deux petits rondins de bois, à Sama les maracas, à Ela ce genre de cabosse avec des traits qu’on frotte et moi, il me propose de danser, OK, mais je lui dis que je ne sais pas danser, il répond que c’est pas grave, qu’il va m’apprendre, mais il a vite abandonné. Ensuite, vient une chanteuse avec un sacré déhanché et une super voix, excellente ambiance dans le bar à ciel ouvert, sous les étoiles. Un pur moment de bonheur. Un peu plus tard, on décide d’aller manger. Terry avait repéré un resto où ils proposent des tapas avec un cocktail gratuit. El Meridiona ou quelque chose dans le genre. Pas mauvais, serveur sympa. On discute alors d’où aller danser ensuite et on abandonne l’idée des grottes, on restera plutôt sur Viñales même. On retourne aux maisons d’hôte et on se donne rendez-vous devant chez Jade une heure plus tard.

Le temps de prendre une douche rapide, Sama s’est endormie et décide de rester au lit et se rendort aussi sec. À l’heure du rendez-vous, je retrouve Ursula dans notre maison, puis on va attendre Jade. Au bout de quinze minutes, toujours personne, mais Rod rentre et nous dit qu’il va aller toquer chez Jade. Dix minutes plus tard, avec Ursula, on décide de prendre un verre au bar d’en face, puis un peu plus tard, on voit Jade, Rode et Terry sortir. On reste le temps de finir nos verres et on les rejoindra au club sur la place principale.
Le club Polo Montanez est à ciel ouvert, 1 CUC pour l’entrée, quand on arrive, un groupe est sur scène, on danse en solo, plusieurs fois certains mecs essaient de m’entraîner de force à danser. Certains ont l’air glauques, donc non, je n’aime pas quand ils te prennent la main et insistent, mais bon… D’autres tendent la main et invitent plus délicatement, là j’accepte plus facilement. Vraiment une super soirée, super musique (salsa, bachata, reggaeton), j’ai eu du mal à partir, mais ça fermait à 1h, donc quand ils ont fermé, je suis rentrée pour aller dormir quelques heures.

***

Dimanche 11 février 2018
21h10
Cienfuegos

Hier matin, le réveil fut dur après une courte nuit pendant laquelle j’ai été un peu malade, sûrement quelque chose que j’ai bu ou mangé, mais tout de même d’attaque pour la randonnée au milieu des champs de tabac dans la vallée. Après plusieurs magasins pour faire des réserves d’eau (l’eau du robinet n’est pas potable à Cuba), nous rejoignons notre guide pour la matinée. On traverse quelques rues de Viñales, on croise Thomas le buffle et comme partout sur l’île des coqs, poules, poussins, chevaux, chiens, chats… Il fait chaud, le soleil cogne, mais les paysages sont superbes, les plantations de tabac, patates douces, pommes de terre, yuca, canne à sucre avec les falaises arborées en toile de fond. Le rouge de la terre et le vert des plantes, bananiers, manguiers, bambous, baobabs (bon UN baobab), c’est superbe. Mais je souffre, j’explique au guide que je supporte mal la chaleur et qu’en plus j’ai oublié de prendre un chapeau, du coup, il m’a passé sa casquette, super gentil.

Ensuite, on passe dans le parc national et on s’arrête à la « cafeteria », la ferme de café. Là, une employée nous prend en charge et nous montre des plants de café, arabica et robusta, nous explique comment tout fonctionne. Puis nous nous asseyons à une table sous un toit en palmier (gros soulagement pour moi). Elle nous présente et fait sentir le café moulu, puis on goûte le miel de fleur de cafetier, moins sucré que le miel que je connais. Elle propose ensuite à boire, le café avec miel et rhum par exemple, ou du rhum tout seul ou des cocktails avec ou sans rhum. Je prends une pina colada sans alcool, vu que dans mon état un verre de rhum à 10 heures du matin dans une telle chaleur, mauvaise idée. Ensuite, elle nous fait goûter le rhum spécial du coin, avec une goyave dedans, bof, sans plus (oui j’ai goûté une gorgée quand-même). Et si on veut acheter du café de la ferme, c’est vendu en poudre ou en grains dans une bouteille d’eau (vide, hein).

Sur ce, on reprend notre marche, le guide voulait nous emmener dans une ferme de tabac, mais on l’a fait la veille donc on passe. On continue un peu dans le parc national avant de retourner au village. C’est vraiment joli. Après avoir dit au revoir au guide, me revoilà tête nue et les dix minutes jusqu’à la maison d’hôte, sous le soleil, une horreur. Par moments, pendant la rando aussi d’ailleurs, il y a eu quelques coups de vent, une brise bien agréable. Arrivée à la maison, je prends une douche vite fait avant de rejoindre une partie du groupe sur la terrasse, c’est l’anniversaire de Sama et Jade a acheté un gâteau. Ils partent ensuite tous déjeuner et moi je pars dormir un peu avant mon cours de salsa.

***

Lundi 12 février 2018
7h40
Cienfuegos

Après ma sieste, je suis allée me promener sur la rue principale de Viñales, notamment pour acheter un chapeau, j’aime pas les chapeaux, j’ai l’air stupide avec, ça me va pas, mais bon, avec le soleil, c’est obligatoire. Sur la place principale, il y avait de la musique et un marché sur la route, super atmosphère. Puis vint l’heure du cours de salsa avec la famille (parents, fille, amie de la fille voyagent ensemble dans notre groupe). Dans la cours d’une maison d’hôte en sirotant un Ron Collins (rhum et limonade), le prof nous a montré les pas de base, quelle catastrophe avec mes deux pieds gauches ! Cela dit, on s’est bien amusés, même si j’ai pas du tout le rythme dans la peau.

Après ça, je suis rentrée m’allonger. Alors que je pensais aller dîner et jeter un œil au concert sur la place dont le prof de salsa nous avait parlé, je vois Ursula rentrer et lui propose qu’on y aille ensemble. Une heure plus tard, on se met en route et on dîne au resto du coin, La Esquina, qui veut dire l’angle. Encore un daiquiri servi en frozen. Pendant le repas, j’ai le coup de barre des coups de barre, alors, à mon grand regret, je l’abandonne et rentre me coucher.

Über lamarmottevoyageuse

Bienvenue chez La Marmotte, voyageuse qui vous raconte ses aventures à travers le monde (surtout l'Europe) et à Berlin. Les textes et photos de ce blog ne sont pas libres de droit. Merci de me contacter si vous désirez les utiliser.
Dieser Beitrag wurde unter Cuba (2018) veröffentlicht. Setze ein Lesezeichen auf den Permalink.

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden /  Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden /  Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden /  Ändern )

Verbinde mit %s

Diese Seite verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden..