La Marmotte a lu : L’espace d’un an, Becky Chambers

En fin d’année dernière, j’ai découvert une nouvelle auteure de SF avec un de ses livres qui m’a beaucoup plu et dont je compte bien lire la suite prochainement. Au hasard d’une librairie, j’ai en effet trouvé The Long Way to a Small Angry Planet ou L’Espace d’un an de Becky Chambers.

Avant toute chose, la quatrième :

Rosemary, jeune humaine inexpérimentée, fuit sa famille de richissimes escrocs. Elle est engagée comme greffière à bord du Voyageur, un vaisseau qui creuse des tunnels dans l’espace, où elle apprend à vivre et à travailler avec des représentants de différentes espèces de la galaxie : des reptiles, des amphibiens et, plus étranges encore, d’autres humains. La pilote, couverte d’écailles et de plumes multicolores, a choisi de se couper de ses semblables. Le médecin et cuistot de bord occupe ses six mains à réconforter les gens pour oublier la tragédie qui a condamné son espèce à mort. Le capitaine humain, pacifiste, aime une alien engagée dans la guerre. L’IA du bord hésite à se transférer dans un corps de chair et de sang. Les tribulations du Voyageur, parti pour un trajet d’un an vers une planète lointaine, composent la tapisserie chaleureuse d’une famille unie par des liens plus fondamentaux que le sang ou les lois : l’amour sous toutes ses formes. Loin de nous offrir un space opera d’action et de batailles rangées, Becky Chambers signe un texte tout en humour et en tendresse subtile, et réussit le prodige de nous faire passer en permanence de l’expérience d’un exotisme avéré à la sensation d’une familiarité saisissante.

L’auteure a une imagination débordante, les espèces que l’on rencontre à bord du Voyageur et lors de ses escales sont plus étonnantes les unes que les autres, une vraie richesse intergalactique. Elle soulève avec brio les défis sociaux et linguistiques que représentent les interactions entre les espèces, elle nous plonge dans un univers riche et coloré, tout est bien pensé. L’histoire en elle-même est excellente, on fait connaissance avec l’équipage, des personnages complexes, touchants, on rit, on tremble, on pleure avec eux. Il y a peu de suspens et de grosses batailles intergalactiques comme on en trouve souvent en SF, l’auteure se concentre plus sur l’aspect social et nous conte avec talent ce long voyage à bord d’un vaisseau pas tout neuf. Ce qui ne veut pas dire que le récit est dépourvu d’aventures, bien au contraire.

J’ai adoré pour ma part, et dès que ma pile de lecture actuelle aura un peu diminué, je compte bien me procurer la suite !

Über lamarmottevoyageuse

Bienvenue chez La Marmotte, voyageuse qui vous raconte ses aventures à travers le monde (surtout l'Europe) et à Berlin. Les textes et photos de ce blog ne sont pas libres de droit. Merci de me contacter si vous désirez les utiliser.
Dieser Beitrag wurde unter Les lectures de la Marmotte veröffentlicht. Setze ein Lesezeichen auf den Permalink.

Eine Antwort zu La Marmotte a lu : L’espace d’un an, Becky Chambers

  1. Pingback: La Marmotte a lu : Libration, Becky Chambers | Le Tour du Monde de la Marmotte

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden /  Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden /  Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden /  Ändern )

Verbinde mit %s

Diese Seite verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden..