Carnet de voyage en Aquitaine (1/2)

Mercredi 5 septembre 2018
Bordeaux
22h40

Qui dit septembre, dit voyage d’anniversaire. Après avoir bien fêté mes 35 ans ce week-end, cette après-midi, j’ai pris l’avion direction Bordeaux avec une amie. Je n’étais jamais venue dans ce coin et ça me disait depuis un moment. Le vol s’est bien passé et première image dans l’aéroport : du vin. On a ensuite pris la navette et à la sortie de l’aéroport, une bouteille de vin géante, normal. Avec les bouchons, on a mis plus de temps que prévu, mais nous sommes bien arrivées à la gare, le temps de remplir nos ventres gargouillant avec un petit encas et nous nous sommes mises en route vers notre appartement de location. Plus on avançait vers le centre, plus c’était joli, et puis on l’a vue, la Grosse Cloche, beau reste des remparts de la ville, on est passées devant une rhumerie (hum intéressant) et hop, nous étions arrivées. Notre logement, près d’un bar à rhum, même pas fait exprès. L’immeuble est très ancien, la proprio très sympa et l’appart super joli. Après nous être posées quelques (longues) minutes, direction le supermarché du coin avant d’aller dîner. Alors, moi, dans un supermarché français, c’est quelque chose. La charcuterie, le fromage, les gâteaux apéro et sucrés que j’adore, j’achèterais la moitié. Là, je me suis contentée de Tropico et de croustilles fromage. Petite anecdote, j’ai failli rentrer dans quelqu’un, premier réflexe : « Entschuldigung ! » … « Euh, non, pardon », puis je me tourne vers S. et commence à lui dire en français que je ne sais plus dans quelle langue parler, avant de me reprendre et de lui parler en allemand.
En sortant, nous nous sommes retrouvées à côté d’un restaurant dont le menu était alléchant, Le Café des Arts, nous avons vite regardé sur TripAdvisor, c’était dans la liste que j’avais préparée, bonnes critiques, alors nous nous sommes installées sur la terrasse. Le serveur était un peu froid, mais bon… Le Cosmo, le magret de canard, l’onglet de bœuf, le coulant au chocolat et la crème brûlée (que S. a prise mais que je n’ai pas goûtée), tout était bon, pain et frites maison, prix corrects pour un restaurant en centre-ville de grande ville française. Par contre, l’exposition de papillons et d’insectes épinglés près des toilettes, bof bof. Et comme nous étions crevées, nous sommes retournées à l’appart à quelques pas pour une bonne nuit de sommeil, car entre Bordeaux, Saint-Émilion, la Dune du Pilat et Arcachon, le programme des 3 prochains jours va être chargé.

***

Vendredi 7 septembre 2018
Bordeaux
08h

Hier matin, on a fait la grasse mat’, pour le petit-déjeuner, je suis allée chercher des croissants dans une boulangerie et j’ai bien veillé à demander des chocolatines, non pas des pains au chocolat. Ah l’éternel débat franco-français, moi, personnellement, je m’en fiche du nom tant que c’est bon. Et puis quand on voyage, on s’adapte et on respecte la culture locale, hein.
Nous nous sommes mises en route un peu avant midi pour un grand tour de la ville, sous un ciel couvert, la pluie étant prévue pour la journée. D’abord la Porte de Bourgogne, puis nous nous sommes promenées le long de la Garonne. Peu après, nous sommes arrivées au fameux Miroir d’Eau, très joli, là il a commencé à pleuvoir, alors que nous venions de traverser vers la Place de la Bourse, de la brume s’élevait du Miroir, superbe effet, donc nous avons retraversé pour voir ça de plus près avant de retourner sur la place en face. Puis nous avons continué jusqu’à l’Esplanade des Quinconces, un peu après nous nous sommes arrêtées dans un resto-bar sicilien pour une petite pause. Une arnaque, 3 € pour un cappuccino avec ce qui semble une énorme mousse, mais quand elle retombe, la tasse est presque vide, et 4 € pour un jus de pomme… Puis nous avons continué, dans le quartier des Chartrons il me semble, il y a une belle atmosphère ici, c’est très charmant.
Arrivées à la Cité du Vin et au Pont Chaban-Delmas, nous avons fait demi-tour, côté fleuve cette fois, au bord d’un complexe de magasins. Jolie vue sur le centre-ville au loin. Quelques gouttes sont tombées par moment, rien de bien méchant, et la couleur du ciel lourd avec les nuages gris, ça donnait une ambiance dramatique.
Nous avons fait notre pause déjeuner avec vue sur le fleuve au restaurant French Burger, mais pas de burgers, saumon pour S. et pièce du boucher pour moi. Service sympa, par contre, quand j’ai reçu mon plat… j’avais demandé saignant, c’était bien cuit, immangeable, j’ai renvoyé le plat et c’est revenu entre saignant et à point, pas trop ça niveau cuisson, mais ça passe, pas mauvais, les frites maison étaient bonnes et la mousse au chocolat aussi. Nous avons ensuite repris notre marche vers le centre avec quelques pauses, direction l’Esplanade des Quinconces que l’on a traversée pour aller voir le beau Monument aux Girondins avec son coq gaulois fier d’être dans une république (j’ai écouté un guide avec son groupe…) Puis le Grand Théâtre, suivi d’un arrêt aux Galeries Lafayette (S. y tenait) avant de continuer vers une autre porte. Dans la rue des Remparts, nous sommes passées devant une boutique de charcuteries et fromages du coin, ça sentait bon, on y retournera sûrement aujourd’hui faire quelques emplettes. Arrivées près de l’hôtel de ville et de la cathédrale Saint-André, la pluie a commencé à être plus insistante, nous avons donc visité l’église avant de replonger sous la pluie (j’avais un petit parapluie, mais S. rien du tout), arrêt à Carrefour et retour à l’appart pour une petite sieste.

Le soir, S. voulant absolument manger du magret de canard, nous avons trouvé grâce à Google un petit resto pas loin, Le Bistrot des Capucins, face au marché du même nom. Serveur sympa et charmant et excellent repas. Foie gras en entrée pour moi, puis un bon magret rosé chacune. Sur ce, nous avons bravé la pluie pour aller d’abord à la rhumerie. Le bar Vintage près de la Grosse Cloche a une impressionnante collection de rhums, S. a pris un cocktail et moi deux rhums, un de Martinique et un d’Équateur. Bonne ambiance, bar sympa, une bonne petite soirée en somme. Et là nous allons bientôt nous mettre en route pour Saint-Émilion.

***

Vendredi 7 septembre 2018
Bordeaux
21h25

La matinée a bien commencé, j’ai pris un mauvais tournant en allant à la gare… bon, comme on avait prévu large, on a eu le temps de prendre notre billet et de quoi petit-déjeuner dans le train. Petit moment de doute sur c’est le bon train ou pas, normalement sur les écrans ils listent tous les arrêts, mais pas là, bon il n’y en avait qu’un seul à l’horaire voulu et Bordeaux étant le départ, j’ai pu voir la liste des arrêts dans le train bien avant le départ. Au bout d’environ 40 minutes, arrivée à Saint-Émilion, on avait d’abord pensé prendre la navette tuk-tuk, mais il n’y en avait pas à la descente du train et comme il faisait assez beau, on a décidé de faire le chemin à pied, 1,5 km entre les diverses vignes. Aujourd’hui, c’était grand soleil, le village est mignon, mais on fait vite le tour, de ce que j’avais lu et entendu, je m’attendais à autre chose. C’est certes joli, mais à moins de faire toutes les boutiques de vin, y’a pas grand-chose et pour boire un verre c’est vite hors de prix. S. était encore moins emballée que moi, du coup on a décidé de prendre un train plus tôt. Alors qu’on cherchait le bon chemin vers la gare, je suis entrée chez un marchand de vin pour demander le chemin, il avait l’air étonné qu’on veuille le faire à pied. C’est juste trente minutes de marche, dans un cadre assez sympa en plus. Cependant, sous le soleil, c’était crevant. Surtout que comme souvent ces derniers temps, je commençais à me sentir patraque.
Arrivées sur Bordeaux, pause déjeuner sympa au Terminus face à la gare, pas mauvais. Puis retour à l’appartement, j’avais besoin d’une douche et de m’allonger. En toute fin d’après-midi, nous sommes allées nous balader un peu en ville avant d’aller dîner. En arrivant mercredi, S. avait repéré un restaurant de burgers et bowls pas loin de la Grosse Cloche, nous sommes donc allées voir ça. Spot B, c’est super, le mec super sympa et les burgers excellents, ils se fournissent au marché et au boulanger du coin. Pour 10 €, burger avec frites et salade. Ensuite, détour au supermarché, j’avais envie de fruits, j’en ai aussi profité pour prendre du saucisson et du fromage à rapporter à Berlin, dont un morceau de fromage gratuit, car il n’est pas passé au scan, la caissière a essayé plusieurs fois, mais j’ai vu en rentrant sur le ticket de caisse que mon Comté n’avait pas été compté.
Comme demain on se lève pas trop tard pour aller à Arcachon, petite soirée tranquille, pas de folle nuit de fête pour ce soir.

Über lamarmottevoyageuse

Bienvenue chez La Marmotte, voyageuse qui vous raconte ses aventures à travers le monde (surtout l'Europe) et à Berlin. Les textes et photos de ce blog ne sont pas libres de droit. Merci de me contacter si vous désirez les utiliser.
Dieser Beitrag wurde unter Aquitaine (2018) veröffentlicht. Setze ein Lesezeichen auf den Permalink.

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden /  Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden /  Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden /  Ändern )

Verbinde mit %s

Diese Seite verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden..