Écosse juin 2018 : carnet de voyage (4/4)

Lundi 18 juin 2018
17h35
Abbey Hotel, Édimbourg

Donc hier, après le passage de la frontière, notre guide, qui a un sens de l’humour comme j’aime, ah oui, ça me fait penser, à la fin de la mini-pause à Scott’s View, 3 des passagères, petite vingtaine, remontent à bord un peu en retard et s’excusent en disant qu’elles essayaient de faire la photo parfaite pour Instagram. Il s’est gentiment moqué d’elles en disant qu’il ne fallait surtout pas se mettre entre un millenial et Instagram… Ou comme au début, quelqu’un demande s’il y a le Wi-Fi à bord, non, et puis c’est mieux de regarder le paysage que son téléphone. Hé hé.
Donc oui, nous voici sur les routes d’Angleterre, entre des champs de moutons et de vaches, puis le voilà, le petit mur, nous sommes sur la partie Est du Mur qui était bien plus haut à l’époque. On passe le Sycomore Gap, deux collines que parcourt le Mur et entre les deux, un arbre isolé, superbe. Puis arrive notre premier arrêt à Steel Rig, un pan du Mur d’Hadrien préservé qui monte sur une haute colline. Comme on a que 45 minutes, je ne tente pas l’ascension, car me connaissant, c’est le temps qu’il me faudrait pour grimper. Je longe donc le Mur au pied de la colline rocheuse et admire le paysage. De plus, le Mur d’Hadrien est également un lieu d’action dans la série littéraire L’Homme Éternel, je me joue donc des scènes des livres dans ma tête, même si ce n’est pas exactement sur cette partie du Mur que les histoires se déroulent, je crois que dans les livres, ils sont postés plus vers l’ouest. En tout cas, c’est vraiment superbe. On reprend ensuite le bus pour 5 minutes, direction le site archéologique de Vindolanda avec un fort et un village retrouvés grâce à des fouilles, mais aussi les célèbres tablettes romaines, des morceaux de correspondances de l’époque. La terre et les diverses couches de constructions ont enfermé beaucoup d’artéfacts qui, en l’absence de bactéries et d’oxygène, ont été conservés. Fascinant.
Après cette pause un peu plus longue, retour dans le bus pour rouler le long du Mur avec un arrêt près d’une ancienne tourelle. C’est incroyable que tout cela ait survécu aussi longtemps, vraiment passionnant. Le guide nous fournit aussi plein d’informations historiques. Puis en arrivant sur l’autoroute, il nous conseille de dormir car c’est la seule section ennuyeuse du trajet. Je suis donc ses conseils et suis réveillée par sa douce voix alors que nous approchons de la petite ville de Moffat. Le dimanche soir, c’est mort, le seul intérêt est la statue de mouton… et la pause WC. On reprend rapidement la route direction Édimbourg. Encore une belle journée sur les routes d’Écosse (et d’Angleterre), c’est clair que je retournerai sur des circuits avec Rabbies’s (sûrement Stonehenge et Bath depuis Londres l’an prochain, l’île de Skye plus tard, par exemple).

***

Mardi 19 juin 2018
8h15
Aéroport d’Édimbourg

Dimanche soir, de retour à Édimbourg, je suis allée manger au MacDo, je voulais quelque chose de chaud, pas cher et rapide. Je me suis assise près d’une table de jeunes de 12-14 ans, l’un d’eux m’a dit bonjour, je suis polie donc j’ai répondu, puis il m’a demandé si je mange souvent seule, ben oui, ça arrive. T’as un homme spécial dans ta vie ? Non, pas besoin. Il m’a demandé mon numéro, m’a demandé si je voulais être son amie, m’a dit qu’il a 16 ans. Mais oui bien sûr… Quand j’ai dit que je venais d’Allemagne, il m’a demandé si j’ai vu le match, non, j’m’en fiche du foot, là ce que je veux c’est manger tranquille. Il m’a enfin lâchée… Tu frimeras devant tes potes un autre jour mon gars… Et finalement ils se sont fait jeter du McDo car ils avaient insulté un autre client. Puis, alors que j’étais presque à l’hôtel, je suis passée devant une maison et un chien en bas s’est mis à m’aboyer dessus et a monté les escaliers au niveau de la rue, limite à me courir après… OK, j’avais une odeur spéciale ce jour-là qui excitait les p’tits trucs écossais ou quoi ? De retour à l’hôtel, soirée tranquille, un peu de boulot, un peu de lecture.
Lundi, j’ai attaqué assez tard, je suis allée déjeuner chez Mama Roma, la pizza était excellente, les profiteroles bonnes et le service extra. Ensuite, direction Rose Street. Samedi, en parlant de Doctor Who, les filles m’ont conseillé d’aller chez Fop, un magasin de disques-CD-DVD-etc, J’ai donc trouvé à bon prix Twice Upon a Time (épisode de Noël 2017) et 2 DVD du 7e Doctor que je suis sûre ne pas avoir encore commandés. Ensuite, je me suis baladée sur Prince Street, les jolis jardins, le monument, jusqu’à la Galerie Nationale, l’entrée est gratuite, donc j’y ai passé une bonne heure avant de ressortir écouter le guitariste déjà là avant et de profiter de la vue sur le château et la ville.
Ensuite, malgré mon était faiblard du moment, je me suis attaquée à Calton Hill, la colline en haut de Prince Street. La montée était rude, mais la vue sur la ville, l’île déserte privée faite de lave et le détroit est superbe. Je l’ai redescendue de l’autre côté, à côté de mon hôtel où j’ai fait un arrêt pour changer de chaussures et de sac, continuer à faire ma valise et me poser quelques minutes. Ensuite, direction le complexe Omni pas loin et le cinéma Vue pour aller voir Deadpool 2. En bas, le comptoir était fermé, en haut, je n’ai rien vu, juste une machine qui ne voulait pas de ma carte, j’ai demandé à l’ouvreuse qui m’a dit qu’on peut les acheter au comptoir de snacks et boissons… bien sûr maintenant y’a la queue et tous prenaient une plombe. Au final, j’ai réussi à avoir mon ticket cinq minutes avant le début de la séance. Le film est génial, si on aime le genre, violence, humour noir, jeux de mots à la con. Pour finir en beauté ma dernière soirée à Édimbourg, je suis allée dîner à Steak Brasserie, pour la troisième fois, après une bonne bavette sanglante avec sauce au bleu, le serveur m’a demandé si je revenais le lendemain. Ah non, mais si je repasse par Édimbourg je viendrai manger là, c’est sûr.
Sur ce, retour à l’hôtel pour boucler la valise et me coucher tôt. Ce matin, taxi pour l’aéroport et là j’attends mon vol. Ce fut une semaine intense, éprouvante, mais géniale ! J’ai encore tant à voir en Écosse, même à Édimbourg, la prochaine fois, je ferai la montée d’Arthur Seat et explorerai les environs. Ce petit pays est vraiment superbe, je suis conquise.

Über lamarmottevoyageuse

Bienvenue chez La Marmotte, voyageuse qui vous raconte ses aventures à travers le monde (surtout l'Europe) et à Berlin. Les textes et photos de ce blog ne sont pas libres de droit. Merci de me contacter si vous désirez les utiliser.
Dieser Beitrag wurde unter Écosse (2018) veröffentlicht. Setze ein Lesezeichen auf den Permalink.

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden /  Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden /  Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden /  Ändern )

Verbinde mit %s

Diese Seite verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden..