Greifswald : carnet de voyage

Samedi 10 mars 2018
9h05
Train Berlin – Greifswald

Me revoici en route pour de nouvelles aventures ! Un peu plus court et moins exotique, mais de nouvelles découvertes m’attendent à Greifswald pour un petit week-end déconnectée. Greifswald, petite ville proche de la Baltique, recommandée par mon guide spécial Côte Baltique allemande, ça a l’air joli, c’est pas loin, alors hop ! J’avais hésité entre bus et train, le bus étant moins cher, mais les horaires n’étaient pas super pratiques et puis l’ICE est quand-même plus confortable avec pas mal de place pour les jambes. C’est parti pour trois heures de trajet, de la bonne musique dans les oreilles, l’escapade peut commencer.

***

Samedi 10 mars 2018
17h15
Caféhaus Marimar, Greifswald

On est arrivés à Greifswald avec quelques minutes de retard. Je me suis mise en route vers la vieille ville, en passant par un petit parc, forcément en hiver c’est pas le meilleur moment pour en profiter. Arrivée sur la place du marché, c’est tout mignon, jusque-là d’ailleurs il semble que la brique rouge soit largement utilisée. Un restaurant, Fritz, m’a attiré l’œil avec une ardoise parlant de rumsteck, donc je me suis laissé tenter. C’est une brasserie, bien sympa, la viande était bonne bien qu’un chouilla trop cuit, j’avais demandé saignant, mais tout de même ravie. Une fois rassasiée, je me suis dirigé vers le musée.
Ah mince, j’oubliais, en arrivant en gare de Greifswald, j’ai vu un grand bâtiment avec KuBa écrit en gros, Kuba est l’orthographe allemande de Cuba. C’est marrant. J’ai alors noté dans ma tête de demander à Google plus tard.
Donc le musée, Pommersches Landesmuseum, le musée de la région Pommern, nous sommes dans l’état fédéral Mecklenburg-Vorpommern. L’entrée est de 5 €, j’ai dû laisser mon sac à dos dans un casier, je suis descendue… il fallait 1 € de caution, elle aurait pu le mentionner à la caisse, j’ai donc dû remonter faire de la monnaie. J’ai commencé par la galerie de peintures dont seul le rez-de-chaussée est ouvert actuellement, il y a de jolies œuvres, principalement des artistes et paysages de la région, puis là, pof, un Van Gogh.
Je suis ensuite descendue au sous-sol du musée d’Histoire qui commence à conter l’histoire de la région avant les dinosaures. Très intéressant. Il y a quelques stations interactives dont une où on te demande d’entrer ton âge, ton sexe et ton salaire mensuel (?!) et on te dit si tu aurais survécu à la fin de la préhistoire. Alors, d’après le truc, j’aurais eu encore environ dix-sept ans à vivre (ouais vu qu’ils ont pas demandé l’état de santé), j’aurais assez bien vécu et eu sept enfants. Ah ah, c’est drôle ce machin. J’ai donc traversé les âges avant d’aller voir la boutique, espérant trouver une petite reproduction d’un des tableaux, mais rien d’intéressant dans les tailles qui allaient.
J’ai ensuite pris le chemin de l’hôtel, j’avais mal au crâne, ma blessure au talon s’était réveillée (il y a quinze jours, une grosse ampoule qui a éclaté m’a immobilisée, je recommence un peu à sortir et j’ai du coup pas pu faire de sport et j’ai repris tous les kilos perdus à Cuba), des bouffées de chaleur aussi… Génial, quoi. En route, j’ai vu un panneau pour l’hôtel et l’ai suivi, m’étonnant de voir les numéros de la rue 10, 9, 8,… alors que j’allais au 25, mais l’hôtel était bien là, des gens étaient dans le restaurant a priori fermé, la porte était fermée… j’ai fait le tour pour trouver une autre entrée, fermée, j’ai sonné, youhou, on m’a ouvert et je me suis installée dans ma petite chambre avec vue sur le port. Je voulais m’allonger trente minutes… au final ce fut une heure trente.
À mon réveil, il était presque 17 heures et je me suis mise en route pour aller longer le port en bord de rivière, bof, y’a apparemment un port-musée, mais je n’ai rien vu de particulier. L’eau était en partie gelée, il commençait à pleuvoir, alors je suis retournée vers la vieille ville pour me réchauffer avec un bon chocolat chaud.

***

Dimanche 11 mars 2018
16h30
Train Greifswald – Berlin

Le café où j’étais hier fermait à 18 heures, donc une fois mon chocolat fini, je suis retournée à l’hôtel pour bouquiner. Vers 19 heures, j’ai voulu aller dîner au restaurant de l’établissement, mais en raison d’un gros groupe, il pouvait y avoir jusqu’à 30-45 minutes d’attente, du coup je suis remontée et j’ai retenté un peu plus tard. L’attente était quand-même longue, du coup, après avoir passé ma commande, je suis vite remontée pour aller chercher mon livre. J’ai pris une patate au four avec poitrine de poulet grillée et en dessert un Schokotraum (rêve choco), un coulant au chocolat avec glace vanille, cerises chaudes et chantilly, un délice ! Sur ce, je suis remontée bouquiner, puis je me suis couchée assez tôt. J’ai mal dormi, comme depuis plusieurs nuits, pourtant le lit était confortable.

Ce matin, je me suis levée à 8h30 pour prendre le petit-déj, je suis descendue et j’ai trouvé porte close… Oui on avait dit entre 8h30 et 9h… Du coup, je suis remontée prendre ma douche. Le petit-déjeuner ensuite était bon (un buffet classique), puis je me suis allongée jusque 10h50, le départ étant jusque 11h…
Ensuite, je suis allée me promener le long du port, le fameux port-musée est censé présenter des bateaux anciens, mais la plupart sont soit pas là, soit sous bâche. Une jolie balade sous le soleil le long de la rivière Ryck, encore partiellement gelée, la température est remontée et j’ai tombé le manteau. Je me suis ensuite dirigée vers le centre-ville afin d’aller à l’office du tourisme, entre autres pour les toilettes, mais c’est fermé le dimanche… (sauf en juillet et en août). Du coup, passage rapide au musée pour la vidange. Puis j’ai pris le chemin de Marienkirche, église Sainte-Marie, on la voit de presque partout, en travaux, on ne peut la visiter que quelques heures du lundi au vendredi… Je suis donc allée m’asseoir sur un banc de la place du marché afin de profiter du soleil avant d’aller me balader de l’autre côté jusqu’à Nikolaidom, cathédrale Saint-Nicolas, aussi en travaux. Après ça, j’ai trouvé un petit bistro italien avec terrasse au soleil et je suis restée près de deux heures à lire (et manger et boire) avant d’aller à la gare où là aussi je me suis posée pour lire. Heureusement que j’avais embarqué un bon bouquin.
Et là je suis enfin dans le train et j’ai hâte de rentrer. Je n’ai pas vraiment été emballée par Greifswald, le port est pas mal, y’a trois jolies rues et le musée est intéressant, surtout le tapis de Croy (un gros truc fait main de 30 m², impressionnant), mais c’est tout. L’hôtel, Alter Speicher, était sympa, propre, calme. J’étais curieuse concernant Greifswald car j’y passe quand je vais en bus à Rügen et mon guide Côte Baltique le recommande, mais bof. Une visite de quelques heures si on est dans le coin ou en route vers la mer et les îles, ouais, mais sans plus.

N.B. : après recherche, KuBa = Kultur Bahnhoff, gare de la culture, grand espace pour fêtes et événements avec restaurant et autres.

>>PHOTOS<<

 

A propos lamarmottevoyageuse

Bienvenue chez La Marmotte, voyageuse qui vous raconte ses aventures à travers le monde (surtout l'Europe) et à Berlin. Les textes et photos de ce blog ne sont pas libres de droit. Merci de me contacter si vous désirez les utiliser.
Cet article a été publié dans Greifswald (2018). Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Greifswald : carnet de voyage

  1. Hanane dit :

    super article, hâte de lire la suite :))

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.